Terroirs
 
 
Accueil
Téléalerte inondation
Révision du PLU
Présentation
Marchés publics
Conseil municipal
Services Publics
Traditions
Terroirs
Ane
Danses
Tambourin
Bessan info
AGENDA
Pratique
Jumelage
Les ouvrages sur Bessan
Il existe de nombreux écrits de Bessanais (Etienne Clapiès, Gabriel Labanhie, Georges Bégou, Jeannie Varnier-Péret, Joseph Ballester ) sur différents thèmes tels l'histoire, le roman ou encore la poésie.
Deux livres, plus centrés sur la vie et l'histoire du village, sont à  la disposition du public. Il s'agit de la Monographie Agricole de Bessan publié en 1998 par Gabriel Villaret et " Bessan au fil du temps " écrit par Michel Sabatéry et Stéphane Pépin en 2002. Ils sont disponibles en mairie ou auprès de l'office de tourisme.

La Croustade de Bessan
La croustade de Bessan est déjà  une spécialité bessanaise au XIXe siècle. Il s'agit d'un gâteau feuilleté aux noix et au chocolat proposé par les pâtissiers du village. A déguster sans modération !

Confrérie du Rosé et de la Croustade
Manifeste de la Constitution de la
" Confrérie du Rosé et de la Croustade de Bessan "

Nous voici réunis en ce jour, premier octobre de l'an de grâce 2000, pour présenter deux produits particulièrement symboliques de notre cité. Je veux parler du Rosé et de la Croustade.

A tout seigneur, tout honneur, attaquons par le vin !
Matière noble, produit de la terre lié au travail des hommes, né de la transformation par fermentation du jus de raisin, le moet, en divin nectar. Pasteur n'a-t-il pas dit de lui : " Le vin est la plus saine et la plus hygiénique des boissons " ? Ce vin aux multiples crus, aux appellations nombreuses, a parmi ses lettres de noblesse un Rosé local au fruité incomparable qui ravit les palais les plus délicats.
Pourquoi ce Rosé ? " Es aïsis qu'euna douarieira achet l'idéa dal Rousat y o 120 ans qué la primeira faguet connaistre un bi tan rénoumat " nous dit la chanson d'Emmanuel Ville : " C'est ici qu'une douairière a eu l'idée du Rosé. Il y a 120 ans que la première, elle a fait connaître un vin si renommé ". Cette douairière, c'était madame Jacomel de Cauvigny dont le vignoble se situait en grande partie le long du chemin de l'Allée qui mène à l'Hérault et la demeure et ses dépendances autour de l'église. C'est elle qui, par un coup de génie comme il s'en trouve au cours des âges, a eu l'idée de faire fermenter le jus de raisin sans la grappe. Notre Rosé voyait le jour. Il était issu de l'Aramon, cépage Roi dans la région en ce temps là où il va s'implanter durant de longues décennies. Peu à peu, d'autres cépages vont remplacer le Maître, mais le Rosé va continuer de couler à flots, fidèle à son renom. C'est sous son vocable que l'on va créer la coopérative viticole et qu'avec fierté, on marquera sur son fronton " Le Rosé de Bessan ". Ce qui n'empêche pas actuellement trois viticulteurs de l'élever en caves particulières avec des moyens, des méthodes modernes.
Et le Rosé de continuer sa vie de bon vin jusqu'au jour où par une nouvelle inspiration d'autres hommes du temps actuel lui ont octroyé un compagnon, un frère tiré de lui-même avec d'autres propriétés. Additionné d'un fond de sirop de mà»re, mis au frais, voilà qu'il devient ainsi enrichi un apéritif bien de chez nous, apprécié de tous aussi bien des autochtones que des touristes, les vacanciers de tout poil : " Le Bessanais ". Servi sous les platanes durant les festivités d'été ou à l'occasion d'autres rassemblements, c'est comme l'on dit maintenant : la cerise sur le gâteau.
Mais revenons si vous le voulez bien au Rosé initial. Que pouvait-on trouver de mieux pour accompagner cette boisson que ce gâteau venu de bien loin, transmis de génération en génération : la Croustade.
Dès le début du XXe siècle et même avant, elle a envahi les chaumières, fait titiller nos papilles et terminer en apothéose nos repas de fête. De nos jours, nous la trouvons chez nos pâtissiers, notamment monsieur Ciliegio, où elle occupe une place de choix. Mais il fut un temps où sa confection était artisanale, où sur de grandes tôles, les ménagères étalaient la pâte feuilletée et garnissaient soit avec de la pomme, du raisiné ou le fameux mélange aux noix.
Et c'était à la nuit tombée, le départ chez le boulanger qui mettait gentiment son four à la disposition des clients. Et alors là , pendant que sous l'action de la chaleur la métamorphose de la pâte en succulent dessert s'opérait, les langues allaient bon train. Bien sà»r, on refaisait la société, on se communiquait les nouvelles du village, on se chinait et par l'odeur qui venait du four on savourait par avance les croustades fabriquées avec amour et que l'on dégusterait avec délicatesse en famille principalement durant le carnaval. La guerre 1939-1945 a mis fin à cet usage. On manquait de matières premières pour confectionner ces gâteaux et puis le coeur n'y était pas. Au retour des beaux jours, on est de moins en moins allé cuire chez le boulanger. La vie s'est modifiée et peu à peu, on a pris l'habitude d'acheter chez le pâtissier les croustades. Elles sont toujours délicieuses. Elles représentent notre village et vous pouvez en manger sans modération.

Voilà , je pense avoir dit l'essentiel sur ces deux lascars qui sont à la base de nos traditions, de nos racines. Maintenant, il faut terminer. En conclusion, et en parodiant Sully, le ministre d'Henri IV, nous pouvons dire :

Le Rosé, Le Bessanais, La Croustade

sont les mamelles de Bessan.

Texte écrit et lu le dimanche 1er octobre 2000 par madame Renée PETIT,
Membre fondateur de la " Confrérie du Rosé et de la Croustade de Bessan ".

Cave coopérative " Le Rosé de Bessan "
Fondée en 1938, la cave coopérative " Le Rosé de Bessan " regroupe 350 vignerons respectueux des traditions qui ont fait la réputation de leurs vins depuis le XIXe siècle.
Les Rosés Syrah, Cinsault-Grenache, issus des sols de cailloutis expriment bien la typicité de ces cépages. Les Blancs Chardonnay, Terret, trouvent les meilleures conditions d'expression de leurs arômes dans les sols graveleux. Les Rouges Cabernet, Merlot, prennent racines dans les terres riches qui leurs confèrent le gras et l'amplitude associés à  des tanins généreux.
La famille Jacomel de Cauvigny à  l'origine du Rosé de Bessan a inspirée à  ce jour l'élaboration de produits spécifiques et typés sous l'appellation " Vin de Pays de Bessan " dont le fleuron est son inimitable rosé.
Le caveau, récemment aménagé en devanture de la cave coopérative, est ouvert du lundi au vendredi, de 9h à  12h30 et de 16h à  18h30. Le samedi de 8h30 à  12h30. Tel. 04 67 77 42 03.

    
Mairie de Bessan
Hôtel de Ville - CS 20001 34550, Bessan
Tél: 04 67 00 81 81 - Fax: 04 67 77 41 73 - mairie@bessan.fr
    Occiteo.com Developpement édition 2017 serveur 2.0   [CONTACT WEBMASTER]